Le Ju-Jitsu

Une approche différente pour un retour à la source des arts martiaux.

Un point d’histoire : Le Judo, à l’initiative de JIGORO KANO son fondateur, est issu du Ju-jitsu, ancêtre de nombreux arts martiaux.

A savoir que bien des sports de combats : le Karaté, le Judo, l’ Aïkido, ont pour origine le Ju-jitsu développé à l’ époque féodale de l’histoire du Japon par les écoles de formation des guerriers samouraïs.

Avec une approche moderne par le Mixed Arts éducatif : le Judo Club Blancois planifie un retour à la source de cet art martial qu’est le Ju-jitsu.
Pour ce faire, au Judo Club Blancois, en complément du Judo, tous les jeudi soir, de 20H00 à 21H15, sous l’égide du professeur Mickaël LOUBEAU, formé par l’ex-champion de Judo, également ex-champion du monde de Ju-jitsu combats, Bertrand AMOUSSOU ; Bertrand AMOUSSOU, est l’actuel président de la Commission française du M.M.A. (Mixed Martial Arts, traduisez : Arts Martiaux Mixtes, pour dire, mélangés).
Depuis, nous intégrons cette activité, essentiellement, en tant que sport ou, selon la circonstance, comme moyen dit de « self-défense ».
Alors, nous apprenons comment donner des coups de poings et des coups de pieds et si nécessaire, à stopper ou soumettre de potentiels agresseurs.

Voici, pour approcher ce sport de combats « à main nues » et , pour l’esprit, un peu de vocabulaire en japonnais puis français :

Judo : « voie de la souplesse »,
Ju-Jitsu : « art souple ».
Pour les techniques :

  • Ate – Waza : « techniques de frappes »;
  • Nage – Waza : « techniques de projections »;
  • Katame -Waza: « techniques de contrôles » ;
  • Shime – waza : «  techniques d’ étranglements » ;
  • Kansetzu – Waza: « techniques de luxations ».

Nous pouvons ainsi dire que le Ju-Jitsu permet :
« l’ auto – défense »
dont le but est de donner les moyens avec succès de stopper une potentielle agression ;
« le jeu »
car tout un chacun peut venir s’entraîner, selon son niveau et ses propres finalités (loisir ou compétition), dans une ambiance conviviale ;
«  le sport »
de même, l’entraînement permet le développement de multiples capacités : condition physique, coordination, réflexion, maîtrise des techniques et des émotions ;
«  l’art »,
le beau geste, qui présuppose une capacité de maîtrise technique irréprochable et une recherche de plaisir esthétique.

Un homme frappe du pied sur un PAO tenu par un coéquipier.
Une femme point et genou sur un sac de frappe.

Sans compter qu’au Ju-Jitsu nous nous efforçons, comme au Judo de suivre les deux maximes suivantes et fondamentales, selon JIGORO KANO :

JITA KYOEI : « entraide et prospérité mutuelle », Seiryoku Zenyo « meilleur usage de l ‘énergie », en somme, un beau projet de vie que cette souplesse d’esprit et de corps.

Au total, nous vous invitons à venir, vous rendre compte du réel de cette activité, en assistant, ou participant, à 2 premières séances gratuites au dojo, sis, dans les locaux du lieu-dit : « ancienne gare du blanc » .

Vous pouvez vous référer aux sources documentaires :
– via internet : Sites tels que « Wikipédia », etc …
– Gabrielle et Roland Habersetyer, Encyclopédie des arts martiaux de l’Extrême Orient, Paris, Éditions Amphora 2000 pp.270-274,
« Judo Pratique » ( du débutant à la ceinture noire- suivant les progressions française et japonaise), Édition Amphora 4oo p. nouvelle édition.